Une bulle de rêve à reconstruire…

Depuis un peu plus de 2 ans que nous préparons ce projet, nous nous sommes projetés dans de nombreux scénarios, mais à aucun moment nous n’avions imaginé celui là…

Samedi matin, à 46 jours du départ, nous avons reçu un SMS commençant par « Désolé Vincent… ». A peine le temps de déverrouiller le téléphone pour lire « attente lever du jour pour être secourus »,…, « le bateau est foutu ». Stupéfaction, immense déception, incrédulité face à ce message si peu probable.

J’essaie de joindre le propriétaire, évidemment sans retour. Nous imaginons la situation terrible dans laquelle il doit être et les difficultés auxquelles il doit alors faire face, son bateau probablement entrain de s’éventrer sous ses yeux. Sentiment terrible. Nous espérons que l’ensemble de l’équipage aura physiquement réussi à être préservé et souhaitons que les secours puissent se dérouler sans être trop destructifs pour le bateau.

Nous comprenons vite que nous n’aurons pas d’infos supplémentaires avant un certain temps. 10 fois j’avais pensé au fait que le bateau puisse être abîmé juste avant que nous le prenions, et 10 fois je m’etais rassuré en me disant que cela ne pourrait pas arriver car il était entre les mains de son propriétaire…

Afin de combler ce vide et de nous mettre en action, nous décidons de profiter du dernier WE du salon nautique pour allez nous mettre en chasse d’un plan B. A ce stade, les seules choses que nous savons sont que nous voulons continuer notre projet, garder la même date de fin et retrouver un bateau capable de nous emmener vivre notre Parenthèse Antillaise…

Grâce au soutien et à la mobilisation de nos proches ainsi qu’aux rencontres sur le « Nautique » plusieurs petites pistes sont actuellement à l’étude. Wait and… sea!