Cette fois-ci, c’est parti !

Jeudi en fin d’après-midi nous avons obtenu notre sésame de sortie ! Après une partie de la matinée consacrée à la revue des moteurs et de leurs différents circuits d’eau, huile, et gazoil, puis la réception des derniers équipements dont le barbeuc à charbon ( !), nous avons finalisé les sujets administratifs en milieu d’après-midi, juste après le tremblement de terre que nous n’avons pas ressenti puisque nous étions sur le bateau.

Vers 16h, nous voici en train d’emprunter le chenal de sortie du Marin. Celui-là même par lequel nous sommes passés il y a un peu plus de 13 ans au cul d’un remorqueur. Je me souviens des sentiments d’alors, partagés entre l’immense satisfaction d’avoir finalisé notre transat après « plus de 2 mois passés sur un rafiot depuis Sète » comme l’avait dit Elo, et un gout d’inachevé du fait d’avoir été obligé de se faire remorquer sur les 120 derniers miles du parcours…

Hier, les conditions de sorties étaient au top : autour de 10 nœuds de vent, une supère lumière et une belle mer. Après quelques manœuvres d’envoi de GV, de prise de ris et de mouillage, Paul, le responsable de la flotte de Punch a pris son annexe et s’en est allé ! Cette fois-ci ça y est nous étions vraiment autonomes et parés pour notre première nuit au mouillage à Saint Anne.

A peine Paul parti, les enfants étaient en maillot pour leur premier bain en pleine mer !

Nuit calme et sans moustiques, le rêve !

Vendredi matin, après la relève du mouillage sans histoire, même si la coordination et le style restent à améliorer (!), nous avons eu la « chance » de détecter un problème de guindeau électrique au niveau du relais. Après quelques ronds dans l’eau sous voiles et quelques échanges avec Paul nous avons dû rentrer au Marin pour changer la pièce défectueuse. Cela fait partie des mystères de la navigation, la veille au soir la descente du guindeau a parfaitement fonctionné et pour une raison parfaitement inconnue, 12h plus tard, il a été confirmé par les techniciens de Punch que le relais électrique du guindeau était HS. Bilan de la journée : très heureux d’avoir eu si tôt cette panne qui nous aurait sacrément emm… quelques jours plus tard. Très heureux également de ne pas avoir été confrontés à la même situation qu’un autre cata situé à quelques miles de nous et qui ayant heurté une baleine a constaté une voie d’eau sérieuse dans l’un de ses flotteurs nécessitant l’intervention de la vedette de la SNSM.

Repartis à 12h30 du Marin, nous avons tranquillement mis le cap à l’ouest pour virer le Diamant et amorcer notre remontée vers le nord.

Ce soir nous avons trouvé notre place dans un petit mouillage très calme du côté des anses d’Arlet. Après quelques levées de coude pour mettre en marche l’annexe, nous sommes allés avec Martin au bourg pour essayer de faire notre clearance de sortie. En vain ! Le bureau est ouvert entre 8h et 11h le samedi et fermé le dimanche. Nous tenterons donc notre chance demain à Saint Pierre avant de nous attaquer à notre premier canal pour gagner la Dominique…

PS : les connexions internet étant assez aléatoires, le rythme des posts le sera tout autant !