Occupations à bord !

La vie sur l’eau au long court est une expérience fantastique qui permet également de se trouver des occupations directement à bord et de développer sa pratique du maniement de la boite à outils. Comme tout lieux de vie, le bateau nécessite un peu d’entretien…

Tout d’abord les 2 coques qu’il faut très régulièrement nettoyer au niveau de la ligne de flottaison pour enlever la couche d’algues vertes venues s’accrocher. Je ne compte plus le nombre d’heures que j’ai pu passer avec ma gratounette en train de nettoyer les presque 55m de coques (côtés intérieurs/extérieurs x2 !!). A peine le temps de finir une coque, que la seconde demande une mise à jour. L’eau à 28° n’a pas que des avantages !

Nous avons également pu faire un peu de couture pour reprendre la fermeture du lazzy bag (sac tenant la Grand Voile sur la baume) qui montrait quelques faiblesses. Ensuite, nous avons eu un petit atelier vérification/ajustement de la drisse de Grand Voile en tête de mât qui commençait à montrer quelques signes d’usure. Nous avons aussi eu le plaisir de passer un peu de temps sur la réparation d’une serrure de porte dont le pen était bloqué. Opération pas aussi simple que j’ai pu le penser de prime abord ! Merci à Paul pour ses conseils avisés… Pour se divertir, on fait également un peu de pinceau pour enlever les traces de rouille sur le pont. Bref, pas de soucis de désœuvrement !

Au niveau navigation nous continuons tranquillement notre remontée vers l’est au large de Puerto Rico.  Lundi soir, nous avons quitté notre mouillage de la Isla de Muerto (face à Ponce) pour nous diriger vers Vieques, île située à l’est de Puerto Rico.

Comme évoqué dans mon précédent post, nous avions déjà eu l’occasion de croiser les forces de l’ordre en voiture, en 4×4 sur les plages, en moto, à pied, à vélo, en hoverboard (planche à 2 roues) et en bateau autour de nos mouillages… Cette fois-ci, alors que nous naviguions vers 3h du matin, nous avons aperçu derrière nous un bateau se déplaçant très rapidement et pointant une lumière sur notre cata. Le bateau étant arrivé de nuit, feux éteints hormis le spot allumé au dernier moment, et se déplaçant sous notre vent, masquant donc son bruit d’approche, nous avons été assez surpris de le découvrir au dernier moment. Après quelques instants resté derrière nous, il s’en est finalement allé sans autre explication.

Depuis notre arrivée à notre nouveau lieu de mouillage, nous avons vu passer de nombreux grains. Cela ne présente pas que des inconvénients ! En effet, grâce au récupérateur d’eau de pluie installé sur le roof, nous avons pu remplir et maintenir rempli nos réservoirs d’eau, ce qui nous a permis de prendre des douches un peu plus longues que d’habitude et faire tourner des machines à laver sans attaquer nos réserves.

Les enfants sont devenus des pros du paddle et vivent tranquillement leurs vies entre les plages et le bateau.

Ces derniers jours au programme ptit tour dans la ville d’Esperanza non loin d’un de nos mouillages, balades dans le parc national de Vieques, baignades sur plage déserte, contrôles du CNED et sortie nocturne en annexe pour aller pagayer dans la baie de Mosquito pleine de planctons bio luminescents….