Farniente aux VI…. !

De retour d’Anegada, nous sommes paisiblement redescendus autour de l’île de Tortola, île principale des BVI. Le périmètre de toutes ces îles étant assez restreint, les navigations à la voile sont peu nombreuses et courtes. Nous avons donc eu beaucoup de plaisir à naviguer quelques heures en finissant par louvoyer entre quelques petites îles pour arriver au mouillage de l’île Guana. Le lendemain, nous avons retrouvé 6Gone (nos voisins isséens) avec qui nous avons partagé repas, balade et farniente sur la petite île déserte de Sandy Spit et Little Jost Van Dyke. En début de semaine, nous sommes allés faire un saut à l’île de Jost Van Dyke et son fameux bar, le Foxy, célèbre repère festif du coin.

Avant de continuer vers l’est du côté de St Martin, nous avons eu envie de repasser du côté US VI pour profiter une dernière fois de la magnifique île de St John. Au programme belle petite rando pour se dégourdir les pattes, puis retour à Maho beach, nid à tortue. Nous y avons à nouveau retrouvé 6gone. A peine arrivés, les enfants avaient disparu avec leurs copains…

Le lendemain, nous avons eu la surprise de voir arriver Artémis, le bateau copain que nous avions rencontré à Bayahibé en République Dominicaine, accompagné d’un cata de canadiens. Nous avons fait quasiment la même route depuis 2 mois avec une dizaine de jours d’écart. Retrouvailles très sympas tant pour les adultes que pour les enfants. Le soir nous nous sommes organisés un ptit barbeuc sur la plage, les pieds dans l’eau avec les 8 parents et 11 enfants.

Séb, captain d’Artémis, expert en à peu près tout sur un bateau, et pécheur émérite, a profité d’une ptite visite à bord pour retoucher, ajuster et mettre à jour notre matériel de pêche, qui, il faut bien l’avouer n’a pas servi à grand-chose depuis un temps certain… Les très nombreux hérissons d’algues que nous prenons et qui finissent par nous lasser, les petites navigations que nous faisons depuis maintenant plusieurs semaines, et le fait d’être dans un parc naturel où la pêche est interdite, expliquent et/ou excusent (!) notre faible productivité !

Depuis 2 jours, on a un peu le sentiment que les enfants ont pris le pouvoir ! Ils ont privatisé le canal 8 de la VHF, annexé les annexes (!) pour passer d’un bateau à l’autre, prennent leurs repas à droite ou à gauche et découchent très facilement … La vie à la cool comme on l’aime !! Il est assez amusant de les entendre parler de guindeau, GV, dessal, palan, AIS, pilote ou ancre qui chasse…avec naturel et facilité, comme si cela faisait partie de leur environnement depuis toujours.

Les enfants, comme les parents, s’adaptent très bien à leur nouveau mode de vie… !

 

 

 

 

Le monde n’est pas bien grand…

Samedi matin, nous avons « fait The Baths » ! Ce lieu est un peu comme les Tobago Cays aux Grenadines, un passage obligé et emblématique des BVI, celui dont on retrouve les photos sur toutes les pubs de la région et au-delà…

Nous nous sommes donc présentés de bon matin pour devancer les flots de touristes quotidiens. Nous avons pris une bouée puis rejoint la plage à la nage et en paddle, l’accostage en annexe étant interdit. Les Baths se visitent à terre, en bordure de mer. Il s’agit d’un ensemble de gros blocs de granit au milieu desquels on se balade. C’est ambiance Fontainebleau avec des blocs de quelques mètres de haut présentant de jolis grattons et autres bacs ne demandant qu’à être grimpés. Comme à « Bleau », le sable et les arbres sont présents. La principale différence entre les 2 sites est qu’ici la mer ne s’est pas retirée ! Nous nous sommes faufilés tranquillement entre ces cailloux imposants et avons fini notre parcours au moment où les premiers touristes arrivaient.

C’est souvent un spectacle que d’observer nos congénères : en général lorsqu’ils sont à l’eau ils sont supportés par une bonne frite et/ou un gilet de sauvetage prêt à être gonflé (sécurité quand tu nous tiens !), une casquette ou un bob vissé sur la tête et quand ils ont pieds, 9 fois sur 10 ils ont une canette dans la main…. Les chorégraphies aquatiques sont souvent pleines de grâce ! Il est amusant de voir passer notre petite Camille à côté avec son masque et ses palmes qui donne l’impression d’être … nettement plus libre !

Après notre petite visite, nous sommes remontés au nord de Virgin Gorda où nous avons mouillé. Après une petite sortie nocturne samedi soir, nous avions constaté en rentrant au bateau qu’un cata était venu se mettre non loin de nous un peu en retrait. Le lendemain au petit déj, nous avons aperçu un pavillon français à l’arrière de ce bateau qui était par ailleurs habité par plusieurs enfants…

Quelques temps plus tard, alors que les enfants allaient se mettre au boulot, nous avons vu se diriger vers nous une annexe avec 3 ptits moussaillons âgés de 4 à 11 ans. Arrivés à notre hauteur, l’ainé nous a lancé : « Bonjour, on voudrait savoir si Martin peut venir jouer avec nous…. » Effet de surprise total garanti !!

Les 3 petits moussaillons qui sont en fait 4, sont d’anciens voisins Isséens que nous ne connaissions pas mais dont l’ainé fréquente le même collège que Martin.  Ils se sont croisés dans un certain nombre de fêtes d’anniversaires de copains. Nous avions entendu parlé de leur grand et long projet, mais nous étions bien loin de nous imaginer que nous les retrouverions ainsi. Nous avons donc passé une journée très sympa avec apéro chez les uns suivi d’un barbeuc chez les autres… A la fin de la journée, les enfants ont rapidement organisé leurs découchages ! Camille a été très fière de réaliser sa première « soirée pyjama » sur un bateau ! Nous devrions nous recroiser dans les prochains jours…

En début de semaine, nous avons ensuite mis le cap sur Anegada, petite île dite « excentrée » c’est-à-dire située à 11 miles au nord, soit une grosse heure de navigation ! Principales caractéristiques : elle culmine à … 10m, possède d’immenses étangs et de très belles plages de sable blanc… désertes. Nous avons fait de belles balades les pieds dans l’eau…

Cette semaine a également marqué la fin des cours du CNED, les enfants sont donc officiellement en vacances. Que ceux qui se demandent quelle est la différence aillent leur demander… 😊

Norman, Peter, Salt, Cooper… Bienvenue aux BVI !

Nous avions initialement prévu de basculer des USVI aux British Virgin Islands (BVI) en fin de semaine dernière mais nous sommes finalement restés 2 jours de plus à St John que nous avons vraiment appréciée. Quel pied de pouvoir avoir une telle liberté de mouvement et de temps ! C’est vraiment un luxe que nous apprécions à sa juste valeur. Nous en avons donc profité pour faire quelques séances de snorkeling supplémentaires et « kiffer !» un peu plus les magnifiques plages de St John.

Mardi matin, nous avons parcouru environ 3 miles pour arriver au sud-ouest de l’île de Tortola où nous avons fait notre entrée aux BVI. Retour dans le pénible processus de clearance qui m’a pris près d’une matinée et délesté de quelques centaines de dollars en droits de navigation, entrée dans le parc et autres taxes… Une fois libérés et en règle, nous avons mis le cap sur Norman Island, petite île au sud de Tortola. Aux BVI, le business des bouées payantes est plus développé et plus cher qu’aux USVI, et en plus, le prix de ces bouées va directement dans la poche de restau/hôtels, contrairement aux USVI, où les fonds servent au développement du parc… C’est donc un peu énervant de voir autant d’espaces privatisés, mais heureusement en cherchant un peu, il est encore possible de jeter l’ancre dans des endroits paisibles.

A Peter Island par exemple, nous avons trouvé un mouillage désert en face d’une plage privée d’un hôtel situé environ 150m plus haut, donc un peu loin pour les touristes… Nous avons profité, sans abuser (!), des confortables canapés installés sous des petites cahuttes en bord de plage.

Pendant que Martin lâchait les chevaux pour finaliser le CNED avant le 15 juin, ses 2 sœurs se sont improvisées éboueuses. Munies du paddle elles ont fait la navette pour aller déposer nos ordures dans les poubelles de l’hôtel.

L’organisation du parc des BVI fait un peu penser à Disney Land (où je ne suis jamais allé !). Il y a un certain nombre de spots attractifs autour desquels sont aménagées des bouées et sur lesquelles les plaisanciers peuvent s’amarrer dans la limite théorique de 90mn. Il y a parfois un peu la queue et une certaine compétition pour être le premier sur la bouée, mais globalement les « attractions » tournent plutôt bien. Nous nous sommes donc prêtés au jeu et avons palmé aux «Indians» où nous avons pu passer sous un petit tunnel de corail, puis nous avons snorké dans des petites grottes.  Nous nous sommes ensuite rendus sur un site où gisait par environ 5 à 15m de fond une épave datant de 1870.

Après avoir passé une nuit à Norman Island et 2 nuits à Peter Island, nous sommes allés à Cooper réputée pour … ses burgers maison (merci Stéphane et Anne pour l’info) ! Nous n’avons pas été déçu…

Nous y avons croisé la route d’une ptite famille française ayant tout vendu pour vivre au long cours avec leurs 2 filles de 8 et 9 ans pendant les 6 prochaines années… Ils nous ont expliqué les principes du chartering (location de bateau à la cabine)… Business model intéressant qui invite à réfléchir…. !

Une semaine à St John aux US VI…

La semaine s’est égrènée tranquillement au rythme des séances de snorkeling, des balades sur l’île et des changements de mouillage qui nous ont permis de faire petit à petit le tour de l’île.

De toutes les îles que nous avons visitées, St John est probablement l’île permettant le meilleur mix entre balades en mer, balades sous la mer et balades sur la terre. Les plages sont également magnifiques et finalement pas aussi bondées que nous pouvions le craindre.

Lundi après notre petit safari aquatique de la veille, nous avons enchainé avec un petit trail sous-marin assez ludique. Des panneaux avec des flèches indiquent le chemin à suivre et donnent quelques descriptions du paysage marin. Nous avons ensuite pris un mouillage non loin de là qui s’est révélé être un véritable havre pour tortues. Nous en avons vu de très nombreuses et surtout quelques-unes de très belles tailles, probablement plus d’un mètre. Elles sont accompagnées d’un ou deux poissons qui se collent sur ou sous leurs carapaces et qui se laissent paisiblement trimbaler.

Nous avons également fait 3 balades à terre dont une d’environ 15 km avec près de 350m de dénivelé. Ca tirait un peu la patte pour finir et rentrer jusqu’à l’annexe, mais après quelques plongeons de récupération effectués du bateau, la fatigue a rapidement disparu… Ces balades nous ont permis de voir de magnifique point de vue sur une grosse partie des îles vierges américaines et britaniques. Toutes ces îles sont encore plus proches les unes des autres qu’aux Grenadines et ont un relief plus marqué. C’est vraiment une zone de balade nautique fabuleuse.

Sinon, depuis que nous avons fait notre entrée aux US VI, nous avons retrouvé le soleil chaud et puissant que nous avions perdu depuis Samana en République Dominicaine. Ce soleil qui « cogne » nous permet de refaire facilement le plein d’énergie avec nos panneaux solaires ce qui n’avait pas été le cas depuis un certain temps.

Dans les prochains jours nous allons franchir une frontière pour aller rendre visite à nos voisins britaniques qui se situent à environ 30 mn de St John. Grosse nav en perspective… 😊

 

A la découverte des Vierges…

Arrivés à Culebra, nous en avons profité pour finir de fêter les 40 ans d’Elo ! Le jour J, nous étions à Fajardo, ville peu propice à célébrer un tel évènement! Les enfants avaient toutefois organisé un ptit dej gargantuesque avec pancakes maison, sirop d’érable, nutella, jus d’orange, œufs au bacon… Du bonheur plein les papilles ! Il faut dire que le sujet bouffe commence à être assez récurent dans nos conversations. Nous sommes loin d’être à plaindre avec notre congélateur et notre frigo, mais il est vrai qu’un certain nombre d’aliments familiers ont complètement disparu de notre alimentation et malgré des efforts de créativité, une certaine répétition se fait sentir dans nos menus. Nous espérons vivement que les boulangers, fromagers, pâtissiers et autres maraichers ne seront pas tous en vacances lorsque nous rentrerons…

Nous avons donc trouvé sur Culebra un petit restau très sympa où nous avons pu accoster en annexe au milieu de gros poissons et finir de célébrer « l’évènement » !

Nous étions venus sur cette ile pour effectuer nos formalités de sortie, mais après renseignements auprès des autorités compétentes, Oncle Sam considère que nous passons d’un territoire US (Puerto Rico) à un autre territoire US (les Iles Vierges américaines), il n’y a donc besoin d’effectuer aucune démarche de douane. Réponse tout de même assez surprenante lorsque l’on sait qu’aucun de ces 2 « états » ne figurent dans la liste des 50 …

Mercredi matin, nous avons quitté Puerto Rico, puis tiré 2 bords d’environ 2h30 afin de remonter au vent et arriver à St Thomas, île principale des US VI. Nous avons pris un mouillage dans la baie de Charlotte Amelie non loin de la zone d’amerrissage des petits hydravions effectuant la navette entre les îles.

Alors que nous faisions un petit tour en ville dans un quartier où manifestement les touristes blancs n’étaient pas légion, un automobiliste s’est arrêté pour nous renseigner… Nous lui avons répondu que nous étions à la recherche d’un supermarché. Il nous a alors proposé de monter avec lui, nous a emmené en voiture à la grande surface du coin située à 15mn, a attendu que nous fassions nos courses puis nous a ramené directement à notre annexe. Personne vraiment sympa, qui a refusé le pack de bières que nous lui avions pris pour le remercier, en nous expliquant qu’il était « people oriented », donc que ça lui était naturel de faire de tels gestes. Charge à nous maintenant de nous en souvenir….

Nous avons quitté cette île très urbaine assez rapidement pour faire route vers St John située à moins de 10 miles de là. Les descriptions que nous avons lues de cette île sur les blogs indiquent que ce spot est un des lieux phares des îles vierges. Nous ne sommes qu’au début de notre découverte et n’avons pas été déçus !

Cette île est constituée à 75% par un parc naturel qui se prolonge en mer. Les mouillages y sont donc strictement réglementés. A 7h du matin, les lumières et le paysage rappellent un peu celui du golf du Morbihan avec des ilets de verdure disséminés sur une mer d’huile. Pour ce que nous en avons vu pour le moment, St John est une succession de petites baies de sable blanc et de cocotiers sous un manteau de verdure. Les sentiers terrestres à l’ombre sont très agréables pour se balader. L’organisation du parc à l’américaine est très efficace : phares et bouées de signalisation chaque fois que nécessaire, bouées de mouillage faciles à prendre et proprement installées, patrouilles de rangers… Le revers de la médaille est que tout cela a un coût ! La nuit est facturée 26$. Les 15$ dont on nous parlait sur les blogs il y a environ 2 ans ont donc fait l’objet d’une petite révision…. Là encore le système est bien organisé. Il y a un petit ponton flottant au milieu de la baie avec feux rouge et vert pour signaler où se trouve l’urne de paiement. On remplit une enveloppe avec ses billets ou ses coordonnées de carte bancaire et la caisse est relevée plus tard. En l’occurrence, lorsque j’y suis allé hier, elle débordait presque ! Ce système serait-il applicable en France …?!

Coté émotion, nous en avons eu une nouvelle petite tranche hier soir. Alors que nous étions tranquillement en train de prendre l’apéro sur le bateau, Manon s’est soudainement levée en hurlant et sautant comme nous ne l’avions jamais vue. Elle venait de se faire piquer à la gorge par une abeille. Après avoir enlevé le dard et utilisé l’aspi venin, nous avons fini le traitement en chauffant la piqure au charbon de bois. Tout cela nous a occupé une bonne partie de la soirée et a décalé d’autant les œufs pochés sur lit de tomates aux oignons que Martin nous avait préparés !

Cette après-midi nous avons RDV avec une Ranger pour un petit « Safari Snorkeling »…

 

Puerto Rico : suite et fin…

Cette semaine nous avons continué à profiter des mouillages déserts de l’île de Vieques également surnommée « Ile Vierge Espagnole » par les locaux. Certaines couleurs d’eau nous ont rappelé la République Dominicaine. Une fois les quelques touristes venus passer la journée sur la plage repartis, le coin redevient vide de tout signe de vie. Nous avons vraiment pris goût à ce genre de mouillage.

Nous avons ensuite mis le cap à l’ouest pour retourner sur l’île de Puerto Rico. Nous avons retrouvé le plaisir de naviguer facilement avec des allures au vent arrière et travers qui nous ont portés jusqu’à Fajardo sans efforts.

Nous avons pris un mouillage assez atypique à côté d’un petit ilet sur lequel ont été bâtis 3 immeubles à environ 800m du rivage de Puerto Rico. Pour se rendre à terre nous avons donc pris le bac. La ville de Fajardo présentant un intérêt touristique assez limité, nous avons loué une voiture. Nous avons commencé par en profiter pour effectuer un nouvel avitaillement que nous attendions depuis quelques jours, puis nous sommes ensuite allés visiter la capitale, San Juan, située à environ 1h30 sur la côte-nord est du pays. Visite de la veille ville, de ses places fortifiées et de ses rues paisibles. Les enfants n’ont pu s’empêcher de foncer au milieu d’une fontaine publique pour se rafraîchir.

Nous avons ensuite repris notre parcours de sauts de puces vers l’est. Après une nuit en face de l’île de Palomitos, nous avons passé 3 nuits face à l’île de Culebrita. Cette toute petite île inhabitée abrite quelques chèvres, moutons et dains et sert également de lieu de pontes pour les tortues. Lors de nos baignades snorkeling, nous avons pu voir de nombreux poissons et tortues ainsi que plusieurs raies de belles tailles.

Coté pêche, ça fait maintenant un petit bout de temps que nous n’avons plus rien sorti. Ce n’est pourtant pas faute d’y croire, mais ces derniers temps chaque fois que nous avons entendu le moulinet s’emballer, nous n’avons finalement sorti qu’un bel hérisson… d’algues ! Aujourd’hui un beau baracuda a passé l’après-midi entre les 2 coques du bateau à essayer de chasser l’un des nombreux poissons tournants autour de notre mouillage.

Nous avons rejoint Culebra pour quelques jours et y effectuer nos formalités de sortie. Nous entamerons ensuite notre découverte des Iles Vierges Américaines…

Occupations à bord !

La vie sur l’eau au long court est une expérience fantastique qui permet également de se trouver des occupations directement à bord et de développer sa pratique du maniement de la boite à outils. Comme tout lieux de vie, le bateau nécessite un peu d’entretien…

Tout d’abord les 2 coques qu’il faut très régulièrement nettoyer au niveau de la ligne de flottaison pour enlever la couche d’algues vertes venues s’accrocher. Je ne compte plus le nombre d’heures que j’ai pu passer avec ma gratounette en train de nettoyer les presque 55m de coques (côtés intérieurs/extérieurs x2 !!). A peine le temps de finir une coque, que la seconde demande une mise à jour. L’eau à 28° n’a pas que des avantages !

Nous avons également pu faire un peu de couture pour reprendre la fermeture du lazzy bag (sac tenant la Grand Voile sur la baume) qui montrait quelques faiblesses. Ensuite, nous avons eu un petit atelier vérification/ajustement de la drisse de Grand Voile en tête de mât qui commençait à montrer quelques signes d’usure. Nous avons aussi eu le plaisir de passer un peu de temps sur la réparation d’une serrure de porte dont le pen était bloqué. Opération pas aussi simple que j’ai pu le penser de prime abord ! Merci à Paul pour ses conseils avisés… Pour se divertir, on fait également un peu de pinceau pour enlever les traces de rouille sur le pont. Bref, pas de soucis de désœuvrement !

Au niveau navigation nous continuons tranquillement notre remontée vers l’est au large de Puerto Rico.  Lundi soir, nous avons quitté notre mouillage de la Isla de Muerto (face à Ponce) pour nous diriger vers Vieques, île située à l’est de Puerto Rico.

Comme évoqué dans mon précédent post, nous avions déjà eu l’occasion de croiser les forces de l’ordre en voiture, en 4×4 sur les plages, en moto, à pied, à vélo, en hoverboard (planche à 2 roues) et en bateau autour de nos mouillages… Cette fois-ci, alors que nous naviguions vers 3h du matin, nous avons aperçu derrière nous un bateau se déplaçant très rapidement et pointant une lumière sur notre cata. Le bateau étant arrivé de nuit, feux éteints hormis le spot allumé au dernier moment, et se déplaçant sous notre vent, masquant donc son bruit d’approche, nous avons été assez surpris de le découvrir au dernier moment. Après quelques instants resté derrière nous, il s’en est finalement allé sans autre explication.

Depuis notre arrivée à notre nouveau lieu de mouillage, nous avons vu passer de nombreux grains. Cela ne présente pas que des inconvénients ! En effet, grâce au récupérateur d’eau de pluie installé sur le roof, nous avons pu remplir et maintenir rempli nos réservoirs d’eau, ce qui nous a permis de prendre des douches un peu plus longues que d’habitude et faire tourner des machines à laver sans attaquer nos réserves.

Les enfants sont devenus des pros du paddle et vivent tranquillement leurs vies entre les plages et le bateau.

Ces derniers jours au programme ptit tour dans la ville d’Esperanza non loin d’un de nos mouillages, balades dans le parc national de Vieques, baignades sur plage déserte, contrôles du CNED et sortie nocturne en annexe pour aller pagayer dans la baie de Mosquito pleine de planctons bio luminescents….